Seniors au volant

Dans le cadre de ma formation au Titre professionnel d’Enseignant de la Conduite et de la Sécurité Routière » il m’a été demandé de réaliser une action de sensibilisation. Lors de cette action, j’ai eu la grande responsabilité de représenter l’auto-école Provence (gérée par Monsieur Mauricio De Marqueissac), j’ai effectué toutes les démarches nécessaires afin de promouvoir cette action auprès de différents types de publics. J’ai décidé d’entreprendre cette action avec l’objectif de réaliser cette prestation avec des conducteurs seniors.

Je présente mes outils apportés tels que mes techniques d’animation, le débat, j’accentue sur le fait que je souhaite réaliser cette action en utilisant une méthode pédagogique basée sur la participation des stagiaires.

C’est une prestation ludique tournée vers l’interactivité entre les participants et moi-même. Ainsi je pense intéresser mon public de conducteurs seniors, provoquer de l’intérêt sur les thèmes abordés et donc une meilleure compréhension de la route pour nos conducteurs seniors.  

J’ai eu un très bon lien avec le gérant Mauricio de Marqueissac et cela facilite la motivation de cette prestation pour mon mémoire de mon titre professionnel nommé ci-dessus.

José Delgado, enseignant de la conduite stagiaire – (Très prochainement diplômé)

Cette animation réservée au séniors est un accompagnement pour retrouver de meilleurs réflexes de conduite.

Il a été prévu 3 grand thèmes :

  1. La signalisation relative au carrefour à sens giratoire
  2. les indices permettant de savoir s’insérer
  3. la procédure à suivre selon la direction choisie
Tous les lundis chacun conduit à tour de rôle.

C’est un fait : notre population est vieillissante. Même si les conducteurs âgés ont l’avantage d’avoir une vaste expérience, ils doivent aussi reconnaître que certains changements inévitables surviennent avec l’âge. Ces changements ne signifient pas forcément qu’il faut arrêter cette activité pour de bon. D’autre il est important d’ajouter que cette formation ne joue pas d’aucune manière possible et légale sur la validité de leur permis.

José : Savez-vous ?

Les jeunes ne sont pas la seule mortalité marquante en termes de sécurité routière. Travailler avec les personnes âgées, ces dernières représentant la 2ème tranche d’âge la plus touchée par les accidents de la route, c’est soulevé des questions que la jeunesse de l’âge ne réfléchit pas. 

Pourtant, En effet, il y a eu une forte augmentation de la mortalité des séniors de 65 ans ou plus en véhicule de tourisme. Ils représentaient 19% de la mortalité automobiliste en 2010, contre 28% en 2018. Ils forment 20% de la population.

Mauricio : Savoir ses chiffres, que faire ?

L’intérêt est aussi d’inscrire l’auto-école dans une démarche de continuum éducatif en proposant à ce public de continuer à s’impliquer dans le domaine de la sécurité routière. 

Concernant le public, ils ont pour la plupart le permis de conduire.

Avant 1970, l’état portait une attention différente à la circulation, les règles du code de la route ainsi que les infrastructures étaient totalement allégées.

Les démarches en sécurité routière étaient également peu développées et j’ai à cœur de leur permettre de prendre conscience de ces évolutions.

José : c’est exact Mauricio, pour approfondir

La question de l’accidentologie, ou science de l’accident, a longtemps été, dans le cadre de la conduite automobile, maintenu par un ensemble d’idées reçues, de croyances populaires et de jugements faussés, lesquels nimbèrent de mystère les conséquences d’accidents de la route : et ce, jusqu’en 1971. Les accidents de la route, alors, n’étaient de fait pas la responsabilité de l’Etat Français. Lorsqu’un accident se produisait, il était plus coutume de s’appuyer sur les notions de Providence et de fatalité (“Dieu en a voulu ainsi”) que d’en comprendre les raisons.

Mais entre 1971 et 1972, l’Etat s’implique dans l’organisation du permis de conduire et du code de la route, après la constatation d’un nombre élevé d’accidents. Il a, par cette mesure, comme objectif d’améliorer la qualité de circulation de ses citoyens sur son territoire. Les accidents de la route ne sont désormais plus classés sans suite, mais sont analysés de manière scientifique. Les fruits de cette mise en place parlent d’eux-mêmes à travers les chiffres : en moins d’un an de labeur, 18 000 morts sur la route sont recensés pour 15 millions d’automobilistes. Ce chiffre, réduit mais alarmant, ne cessera de baisser grâce aux différentes mesures prises par le gouvernement : 42 ans plus tard, en 2017, la politique de l’état conduit à moins de 4000 morts par an. Ces diminutions sont dues, comme l’avance Frédéric Péchenard, 12e délégué interministériel à la sécurité routière, à « une combinaison de facteurs : volonté constante de l’État, amélioration de la sécurité des véhicules, aménagement des routes et surtout prise de conscience des usagers qui ont changé de comportement. »

Mauricio, comme on le sait tous :

Il apparaît pourtant encore comme très difficile, sur 39 140 000 véhicules en circulation actuellement sur le territoire français, de ne pas passer la fatidique barre des 2000 morts par an, d’ici 2020. Mais l’augmentation des radars, ou encore la réduction de la vitesse à 80 km/h, brûlants sujets toujours d’actualité, peuvent laisser penser que l’Etat a cet objectif.

José : c’est pourquoi cette formation avec l’ESCAL sous la responsabilité de M. Dumas David

Après avoir pris en compte tous ces paramètres j’ai donc mis de côté les organismes accueillant un autre public que celui des personnes âgées en référence aux autres entreprises n’ayant pas adhéré à ce projet.

Lors du dépôt de l’enquête de terrain du 19 juin 2019, en congruence avec le gérant de l’auto-école Provence, nous avons convenu l’idée d’un partenariat avec Monsieur David Dumas le Directeur de L’association ESCAL, qui l’a validé quelques jours plus tard dès le 2 juillet 2019.

Néanmoins, M. David Dumas a tenu à me sensibiliser des difficultés rencontrées par les personnes du troisième âge au niveau de la conduite.

Après avoir effectué les démarches pré-organisationnelles, une 2è rencontre se déroula le lundi 22 juillet pour présenter la prestation au responsable des animations des seniors de l’association ESCAL sous la supervision de M. David Dumas.

Ce fut un réel challenge étant donné que cette structure a su se construire une réputation dans le domaine associatif.

Ceci m’a donc influencé positivement dans la préparation de mon action à garder à chaque instant une posture professionnelle.

Planning de l'animation