Le code de la route

Apprendre le code de la route, c’est apprendre le code de la route, ce n’est pas forcément suivre des vidéos, c’est aussi apprendre le livre de code par coeur. 

En dix semaines, ce qui est un rythme assez court, vous pouvez apprendre ses dix thèmes : 

  1. La circulation routière (panneaux, intersections, circuler, croiser et dépasser, stationner ou s’arrêter)
  2. Le conducteur (conduire, défaillances du conducteur)
  3. La route (nuit et intempéries, autoroute, zones dangereuses)
  4. Les autres usagers (partage de la route)
  5. Les notions diverses (documents administratifs, chargement et passagers, infractions)
  6. Les premiers secours (protéger, alerter et secourir)
  7. Prendre et quitter son véhicule (s’installer au poste de conduite)
  8. La mécanique et les équipements (entretien et dépannage)
  9. La sécurité du passager et du véhicule (installation des passagers, nouveaux équipements)
  10. L’environnement (éco-mobilité et éco-conduite)

Avec 151 séries, des thèmes, des séries sur des thèmes, des examens blancs, et bien d’autre choses encore, vous pouvez vous familiarisez avec les questions que vous aurez à l’examen théorique du permis de conduire. 

En deux mois et demi, avec un bon soutient du livre de code, c’est possible de l’obtenir avec facilité.

Notre salle de code est équipé d’un vidéo projecteur avec enceintes, d’un professeur agrée et très gentil, de chaises, papiers, crayons, et questions !

Les cours de code sont le mardi de 17h à 19h, et le samedi matin de 10h à 13h

Pour éviter la contagion actuelle, chacun ou chacune vient avec son masque et son petit flacon de gel hydroalcoolique. 

C’est un moment de partage, convivial, propre à un apprentissage avec espérons le un maximum de bonne humeur ! 

Venir en cours de code, c’est un choix personnel, pas une volonté imposé. 

La salle de code est ouverte

le samedi matin de 10h à 13H et le Mardi soir de 17h à 19h

Chacun vient avec son petit pot de gel hydroalcoolique et son masque.

Un enseignant agrée est à votre disposition pour les questions.

PREVENTIF

LA FORMATION DU CODE DE LA ROUTE EST DE TROIS MOIS MAXIMUM

La conduite automobile

Les horaires de conduite :

Le mardi de 8h à 12h et de 13h30 à 19h30
Le mercredi de 8h à 11h et de 13h30 à 19h30
Le jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 19h30
Le vendredi de 8h à 11h et de 13h30 à 19h30

Le samedi matin de 8h à 10h est seulement réservé aux : 

  • Rendez-vous pédagogiques ou préalable pour les formations conduite accompagnée et supervisée
  • Aux nombreux élèves en scolarité hors  du département du Gard
  • Aux élèves en pensionnats
  • Et ceux qui peuvent justifier d’un planning scolaire papier ne permettant aucune autre solution
PREVENTIF
LA FORMATION DES 20H SE FAIT EN 2 MOIS ET DEMIS POUR 3 H DE CONDUITE MAXIMUM PAR SEMAINE

Plus la formation dépasse les six mois pour sa globalité, plus le risque de litiges augmente, il est important pour les accompagnateurs, les payeurs de la formation, d’accompagner l’élève conducteur voir le booster pour que la formation dans sa globalité n’excède pas six mois.

Conduite jusqu'au Pont du Gard

Constat ou évidence ?

La sécurité routière est réfléchi par des gens qui ont des chauffeurs et qui n’ont probablement pas le permis de conduire.

Dans ce contexte, il est facile de comprendre qu’à tous les niveaux de l’échelle intergalactique du milieu de la sécurité routière ; avec ses sigles et ses enseignes ; que l’objectif louable de faire un bon conducteur compétent est surtout minutieusement travaillé par une rentabilité sur du long terme.

En effet, on peut s’interroger sur le budget moyen d’un Français en guise de punition à un écart de comportement .

A bonne entendeur, combien coûte le fait de réduire la mortalité et qui en profite ? Combien rapporte une éducation basé sur un autre système que la répression ?

Aller ! découvrez le REMC.

Conduite en ville jusqu'aux arènes de Nîmes

Le REMC - l'essence, l'âme, le graal...

Le système de notation du permis de conduire français se base sur l’acquisition de quatre compétences distinctes par le candidat. Cette approche structurée de l’examen a été mis en place en 2013 et réformé en 2018.

Quelles sont les quatre compétences évaluées lors de l’examen du permis de conduire ?

Le Référentiel pour l’Éducation à une Mobilité Citoyenne (REMC) a été mis en place en 2013 et a mis en place un nouveau mode d’évaluation du permis de conduire. Se basant sur quatre compétences, la grille d’évaluation de l’examen est utilisée par tous les inspecteurs du permis de conduire. Chaque compétence doit remporter le nombre de points nécessaires, permettant d’obtenir un résultat favorable.

Ainsi, les quatre compétences évaluées doivent déterminer si le candidat est capable de maîtriser correctement son véhicule en toutes circonstances, de partager la chaussée avec les autres usagers, mais aussi avoir une conduite autonome et responsable.

Les compétences du REMC

Ainsi, le Référentiel pour l’Éducation à une Mobilité Citoyenne a été mis en place en 2013, en remplacement du Plan National de Formation (PNF) que suivaient auparavant les auto-écoles françaises. Ce nouveau programme s’articule autour de quatre champs de compétences, évaluées au cours de l’examen du permis de conduire :

  • Compétence 1 : maîtriser le maniement du véhicule dans un trafic faible ou nul
  • Compétence 2 : appréhender la route et circuler dans des conditions normales
  • Compétence 3 : Circuler dans des conditions difficiles et partager la route avec les autres usagers
  • Compétence 4 : Pratiquer une conduite autonome, sûre et économique

Ces compétences sont ensuite divisées en plusieurs sous-parties qui définissent autant de points remportés le jour du permis. C’est la matrice GDE (Goals for Drivers Education) d’origine finlandaise qui a mis en place ce schéma suivi désormais par toutes les auto-écoles.

Maîtriser le maniement du véhicule dans un trafic faible ou nul

Cette première compétence se compose de neuf sous-compétences. Il s’agit des compétences les plus basiques, que le candidat apprend à maîtriser dès ses premières leçons de conduite.  Chacune de ces sous-compétences seront abordées le jour de l’examen par l’inspecteur :

  1. Connaître les principaux organes et commandes du véhicule, effectuer les vérifications intérieures et extérieures
  2. Entrer, s’installer au poste de conduite et en sortir
  3. Tenir, tourner le volant et maintenir la trajectoire
  4. Démarrer et s’arrêter
  5. Doser l’accélération et le freinage à diverses allures
  6. Utiliser la boîte de vitesses
  7. Diriger la voiture en avant en ligne droite et en courbe en adaptant allure et trajectoire
  8. Regarder autour de soi et avertir
  9. Effectuer une marche arrière et un demi-tour en sécurité

Appréhender la route et circuler dans des conditions normales

Cette deuxième compétence s’appuie sur l’aptitude du candidat à circuler sans danger sur la chaussée pour lui-même et les autres usagers. Elle se base sur huit sous-compétences qui seront évaluées tour à tour :

  1. Connaître les principales règles de circulation ainsi que la signalisation
  2. Tenir compte de la signalisation verticale et horizontale
  3. Rechercher les indices utiles
  4. Utiliser toutes les commandes
  5. Adapter sa vitesse aux situations
  6. Choisir la voie de circulation
  7. Maintenir les distances de sécurité
  8. Franchir les différents types d’intersection et y changer de direction

Circuler dans des conditions difficiles et partager la route avec les autres usagers

Cette troisième compétence du REMC vise à tester les capacités du jeune conducteur à prendre les bonnes décisions sur la chaussée en cas de circulation plus dense, et de mettre en œuvre des mesures préventives.  Elle se base sur sept sous-compétences :

  1. Évaluer et maintenir les distances de sécurité
  2. Croiser, dépasser, être dépassé
  3. Passer les virages et conduire en déclivité
  4. Connaître les caractéristiques des autres usagers et savoir se comporter à leur égard avec respect et courtoisie
  5. S’insérer, circuler et sortir d’une voie rapide
  6. Conduire dans une file de véhicule et dans une circulation dense
  7. Conduire quand l’adhérence et la visibilité sont réduites

Pratiquer une conduite autonome, sûre et économique

Cette dernière compétence permet de vérifier si l’apprenti conducteur est capable de comprendre et appliquer les règles du Code de la route, de manière autonome et sécuritaire.

De plus, l’adoption d’une conduite économique et responsable est appréciée des inspecteurs.  Cette compétence se déploie en sept sous-compétences :

  1. Suivre un itinéraire de façon autonome
  2. Préparer et effectuer un voyage longue distance en autonomie
  3. Connaître les principaux facteurs de risque au volant et les recommandations à appliquer
  4. Connaître les comportements à adopter en cas d’accident : protéger, alerter, secourir
  5. Faire l’expérience des aides à la conduite du véhicule (régulateur de vitesse, limiteur, ABS, aides à la navigation ….)
  6. Avoir des notions sur l’entretien, le dépannage et les situations d’urgence
  7. Pratiquer l’écoconduite

La fin de formation initiale AAC/CS

20 heures de conduite, c’est court, mais suffisant pour être accompagné et conduire en toute sécurité. Lorsque l’élève fait ses 20h de conduite obligatoire par la loi, il est établi par l’auto-école une fin de formation initiale nommé FFI.

Le rendez-vous préalable AAC/CS

Ce rendez-vous à la la fois théorique et pratique de la conduite, permet de faire le points sur les différents éléments essentiels pour la continuité de la formation avec les accompagnateurs de l’élève conducteur. L’objectif étant de pouvoir approfondir les points sécurisants garantissant une bonne période de conduite accompagnée.

Les rendez-vous pédagogiques AAC

Ils sont des croisements pédagogiques entre les accompagnateurs et l’école de conduite. Ils permettent de faire le point sur le niveau de l’élève conducteur, de rappeler des connaissances dans le cadre de la sécurité routière. Ils sont répartis en fonction de l’âge de l’élève conducteur et de son niveau de progression.

La formation en conduite accompagnée se continue avec les accompagnateurs jusqu’à la majorité et l’obtention du permis

L'épopée ou l'hécatombe du centre d'examen du permis de conduire

Centre des examens du permis de conduire de Nîmes
Les places d'examens sont limités pour le confort de tous

Il est inutile de demander si l’inspecteur est gentil, il fait son travail. Il est inutile de montrer que l’on connais les parcours d’examen, l’inspecteur fait son travail, il est inutile de faire le fayot devant l’inspecteur, il vous sourit et vous met la note minimal, c’est à dire 20/31 si vous n’avez fait aucune fautes éliminatoire.

De manière générale, les inspecteurs dans le Gard, vont dans le sens des élèves sans pour autant être hors de leurs fonctions, c’est à dire, ils font leurs travail.

Lorsqu’il y a la manifestation du danger en circulation ou hors circulation, elle peut éveillée chez chacun des acteurs dans le véhicule ; à cause des comportements dans une querelle d’egos qui se renvoi la responsabilité ;  une perte de contrôle du véhicule ou d’un des acteurs qui engendre parfois frustrations, culpabilité, agressions, désarrois à cause d’une situation de conduite imprévue et pourtant bien réelle. 

C’est souvent dû à la loi de Murphy, la loi de l’emmerdement maximum. Une petite erreur, et des dizaines autres petites erreurs arrivent après…

C’est pourquoi, il n’y a qu’une solution, rester en sécurité avec soi-même, se savoir en sécurité avec soi-même est la base d’un rétablissement optimal de la loi de Murphy. Si on se sent pas en sécurité avec soi-même peut-on l’être avec les autres ? Evidence ou constat ?

Mais dans tous les cas, la sécurité dépend de l’entente entre les acteurs dans le véhicule c’est à dire l’inspecteur, l’enseignant de la conduite représentant l’auto-école, et l’élève conducteur. A titre informatif, la loi prévois ce genre de cas, vous pouvez le lire dans l’article suivant : ici

Il est de la responsabilité de chacun des acteurs de mettre fin à l’examen, en cas de comportements dangereux afin d’assurer la sécurité de tous.

Par contre, et je le répète, si vous êtes à l’examen pour assurer la sécurité, faire ressentir un sentiment de sécurité palpable, c’est probable que l’examen se passe bien.

La faute éliminatoire,
c’est lorsque la sécurité ne dépend plus du conducteur.

Le permis, c'est dans la boîte :)
Le permis, ça déboîte !